J’aurais aimé savoir ce que ça fait d’être libre à Saint-Gratien

C’est donc Eunice Waymon dite Nina Simone que Chloé Lacan choisit pour marraine spirituelle. Celle qui disait regretter de « ne pas être devenue la première pianiste classique noire » bouleverse le paysage musical de son temps, du jazz à la soul en traversant de nombreux genres. Orageuse et virtuose, elle est une véritable icône. Chloé Lacan est bien différente de son idole, tant par l’époque et par le pays où elle vit que par sa couleur de peau et par ses luttes. Mais c’est à cet endroit intime en
chacun que la magie de la musique opère et que la rencontre se fait. Ces deux artistes tentent de découvrir qui elles sont, de se libérer et de s’aimer, avec leur force et leur fragilité respectives. Le récit d’une jeune femme grandissant dans la France des années 80 croise le parcours de Nina Simone pour restituer au plus près son émotion première. Chloé Lacan à l’accordéon est accompagnée par le multiinstrumentiste Nicolas Cloche dans une mise en scène brillante de Nelson-Rafaell Madel.